Venus nombreux, les amateurs de chants et de musiques arabo-andalous, judéo-espagnols ont applaudi Marlène Samoun en concert à Longeville-lès-Metz, samedi 20 septembre 2008. Le parcours choisi par la chanteuse a mené le public vers des romances sépharades, des gospels américains, de la liturgie juive, des airs du Maghreb et de l'Espagne andalouse tels que A la una yo nassi, It ain't necessarily so, Sometimes I feel like motherless child, Ani Maamin (en hébreu et en arabe), Yigdal chanté en hébreu et en arabe...

Accompagnée de Rachid Brahim-Djelloul, violoniste et d'Olivier Hutman, pianiste, Marlène Samoun a séduit son auditoire par la variété de son répertoire dans lequel la richesse des langues arabe, américaine, espagnole et hébraïque apporte à la musique une dimension universelle.

DSC_142211

Laurence Aisene, Marlène Samoun, Rachid Brahim-Djelloul, Olivier Hutman

Laurence

Laurence Aisene présente Marlène Samoun au public

DSC_1407

Un clic sur les photos pour les agrandir

DSC_1400

Un public sous le charme....

Laurence Aisene, présidente du Festival des Voix Sacrées,

Monsieur le Maire de Longeville-lès-Metz,

Marlène Samoun, Olivier Hutman et Rachid Brahim Djelloul

DSC_141413

Photos Philippe Hoch

Pour lire l'article paru le 23 septembre 2008

un clic sur

Le_Républicain_Lorrain_le_23_septembre_2008