Concert


de L'Hostel Dieu


et Polyphonies traditionnelles


72350157_p

 Crédit photo Bertrand Pichène


Direction : Emmanuel Comte

 

Eglise Saint-Maximin de Metz 

Jeudi 29 mars 2012


HD01


Pièce de la liturgie catholique remontant au XIIIe siècle et attribuée au franciscain Jacopone de Todi, le Stabat Mater évoque la souffrance de Marie au pied de la croix. Ce poème latin a été mis en musique par de nombreux compositeurs, au premier rang desquels figure Giovanni Battista Pergolesi, dont l’œuvre, écrite à Naples en1736, a connu un succès considérable dans toute l’Europe, imitée et adaptée à maintes reprises, notamment par Bach.

 

Le Concert de l’Hostel Dieu propose une version partiellement inédite du Stabat Mater, reposant sur un manuscrit jusqu’alors inconnu conservé à Lyon et retrouvé par Franck-Emmanuel Comte. Cette interprétation novatrice de l’œuvre de Pergolèse est complétée par des polyphonies traditionnelles (MiserereStabat Mater, tarentelles…) napolitaines ou de la région des Pouilles, que l’on peut y entendre de nos jours encore et que le directeur de l’ensemble a recueillies et enregistrées sur place lors de la Semaine sainte.


HD03

 

 

 

HD04

 

 

Lorsqu’en 1992 naissent les concerts de l’Hostel Dieu, il ne s’agissait que « d’habiter musicalement » les bâtiments baroques de l’Hôtel-Dieu, célèbre institution médicale lyonnaise. Nait alors Le Concert de l’Hostel Dieu autour des jeunes chanteurs et instrumentistes réunis pour l’occasion. En 1998 est créé le Chœur puis l’Atelier vocal, constitué de jeunes chanteurs professionnels, deux formations qui sont devenues au fil des saisons des atouts indéniables de l’Ensemble, lui permettant d’aborder avec succès oratorios, opéras et autres grandes fresques baroques.

A partir de manuscrits inédits conservés à Lyon, Le Concert de l’Hostel Dieu rend hommage à cette Italie qui a - de tout temps - inspiré et fasciné Lyon, comme en témoigne de façon éclatante l’architecture du centre historique.
L’originalité de ce travail artistique est renforcée par la redécouverte permanente des liens de parenté entre répertoire savant et tradition populaire, entre musiques de l’écrit et de l’oralité.

 

HD05

 

 

Les projets pluridisciplinaires en lien avec des musiques populaires permettent de faire découvrir le baroque à de nouveaux publics. L’ouverture et l’échange artistique sont au rendez-vous, comme en témoigne les derniers enregistrements,Carolan’s dream en 2008, rencontre entre la musique baroque et le répertoire traditionnel irlandais, et Belle Virginie en 2009, chansons de Nouvelle France.

 

HD06

 

Photos Alain Aisene