Le 7e Festival des Voix Sacrées s'est achevé jeudi par une «Conférence à quatre voix» sur le thème du pardon et de la réconciliation.

Du Kol Nidrei interprété à la Synagogue par l'Orchestre National de Lorraine et qui introduit le "Jour du Pardon", Yom Kippour, aux différents Miserere qui ont retenti sous les voûtes de l'église Sainte Ségolène samedi soir, le sujet  a été joué et chanté en toutes les langues des diverses confessions depuis le 14 septembre. N'est-il pas une des composantes incontournables des Religions du Livre ?

Restait à tirer les conclusions de ce festival et, peut-être, à répondre à cette grande question posée lors des deux "soirées-lectures" : le pardon : une folie de l'impossible ?

1

Des Juifs, des Chrétiens et des Musulmans

ensemble pour trouver le chemin de la paix

par le pardon et la réconciliation

Juifs et Musulmans, Chrétiens des diverses traditions orthodoxe, protestante et catholique, tous s'adressent à Dieu pour implorer son pardon ou, dans leurs confessions de foi respectives, redisent leur confiance en un Dieu d'Amour et de pardon, en Celui qui est «Pardonneur et Miséricordieux» (Coran 24,22). Mais tous, sont-ils habités par cette passion d'une réconciliation qui permettrait aux hommes de s'accepter dans leur diversité et d'œuvrer ensemble pour la justice et la paix ?

Laurence

Laurence Aisene présente les intervenants de cette conférence

Abb__Christ

Gérard Christ, prêtre

Bruno_Fiszon_copie

Bruno Fiszon, Grand Rabbin de la Moselle

Imam

Mohamed-Hicham Joudat, imam

FW

Freddy Vanwedinggen, pasteur

Sans_titre_1_copie

Fabien Paul, prêtre

Des  réponses ont été proposées par Fabien Faul, prêtre, directeur du centre de théologie de l'université de Metz, Bruno Fiszon, Grand Rabbin de la Moselle, Mohamed-Hicham Joudat, Imam à Metz et Freddy Vanweddingen, pasteur du Temple-Neuf à Metz. Le débat qui a suivi a été coordonné par Gérard Christ, prêtre.

DSC_1974

Dans le public, des questions posées aux conférenciers

Photos Philippe Hoch